Turquie : la faculté de journalisme d’Ankara lance un double diplôme avec une prison d’État

Depuis le coup d’Etat raté du 15 juillet 2016, la Turquie fait l’objet d’une reprise en main autoritaire de la part du Président Erdoğan. Mais pendant que certains résistent, d’autres s’adaptent. À l’image de la faculté de journalisme d’Ankara qui vient de lancer un double diplôme avec la prison de Silivri, située à l’ouest d’Istanbul.

 

S’adapter ou disparaître. Cet impérieux dilemme que Gustave Le Bon attribuait à toute espèce vivante s’applique également aux journalistes. Le Président de la faculté de d’Ankara l’a bien compris. « La réalité du métier a changé en Turquie. La prison est devenu un débouché comme un autre. C’est tout le sens de ce double diplôme très exigeant, qui alternera formation théorique à l’université et mise en pratique dans le quartier de haute sécurité de Silivri. »

« Lorsqu’ils découvrent la violence de l’univers carcéral et les conditions sanitaires déplorables nos élèves sont trop souvent pris au dépourvu » explique Adnan Özdemir, responsable pédagogique de ce double diplôme de niveau Bac + 5 (dont 3 ans ferme et 2 avec sursis). « Vérifier ses sources c’est bien, mais c’est moins utile que de savoir fabriquer une arme blanche avec une brosse à dent et une lame de rasoir. »

En France aussi, le métier change

En France aussi de nombreux journalistes doivent se réinventer afin de trouver leurs marques dans le cadre d’une collaboration chaque jour plus étroite avec le service communication du gouvernement. À l’avant-garde de cette nouvelle façon d’exercer le métier, le directeur du Point, Franz-Olivier Giesbert, bénéficie désormais d’une place de choix dans le dispositif de communication de l’Elysée. Il a ainsi pu établir son bureau dans un confortable panier en osier que le Président a placé au pied de son lit.


Source: gorafi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *